Archives film

Dilili à Paris

Réalisé par Michel Ocelot
Produit en 2018
Animation
1h35
Conseillé à partirde 7 ans
Titre original : DILILI A PARIS
Dans le Paris de la Belle Époque, en compagnie d’un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle rencontre des hommes et des femmes extraordinaires, qui lui donnent des indices. Elle découvre sous terre des méchants très particuliers, les Mâles-Maîtres. Les deux amis lutteront avec entrain pour une vie active dans la lumière et le vivre-ensemble...

Séances à Vizille

Pas de séances à venir

Séances à Bourg d'Oisans

Pas de séances à venir

Images

Dilili à Paris
Dilili à Paris
Dilili à Paris

Vidéos

Aucune vidéo associée

À propos

Notes d'intention de Michel Ocelot

J'avais un sujet très sérieux, mais j'ai aussi voulu faire un "film en costumes", qui se passe à Paris. J'ai choisi la Belle Epoque, avec ses belles robes et toute une documentation à portée de la main. Mais en me documentant, je me suis aperçu qu'il n'y avait pas que des costumes. La concentration de talents, de génies, m'a effaré. La nature du film a alors changé. Ce n'est plus un film en costumes, c'est un film sur une civilisation remarquable, hommes et femmes ensemble. Cependant, le premier sujet reste : lutter contre la maltraitance des filles et des femmes, fléau mondial. Les deux sujets, qui semblaient étrangers l'un à l'autre, au contraire, se mettent en relief l'un et l'autre. Mais bien sûr, cela est un spectacle, un conte de fées, comme d'habitude.

L'avis de Télérama.fr

Le seul fait que l’histoire se déroule à Paris, à la Belle Epoque, laissait augurer élégance et charme désuets, falbalas et Tour Eiffel, rues pavées et visite guidée. Dilili à Paris (sortie prévue le 10 octobre) est cela, et bien plus : un itinéraire mutin, un manège policier où des rencontres avec les plus beaux esprits du début du XXe siècle mènent à une célébration de la culture, de l’échange, et de la libération féminine. Un petit manifeste pour apprendre au jeune public que les femmes ne doivent jamais se mettre à genoux.