Archives film

LE GÉANT DE FER Janvier Février

Réalisé par Brad Bird
Produit en 1999
USA
film d'animation
1h25
Conseillé à partirde 7 ans
Amérique profonde, années 50. Le jeune Hogarth vient tout juste de sauver un énorme robot tombé du ciel. Il a désormais un très grand ami et un problème encore plus grand : comment garder secrète l’existence d’un géant de 15m, mangeur d’acier ? Ça se complique encore plus lorsqu’un agent du gouvernement un peu trop curieux arrive en ville pour chasser « l’envahisseur alien » et que l'armée est envoyée pour démolir le géant...

Images

i géant fer 2
puzz géant fer
puzz géant fer 3
puzz géant fer 3

À propos

CONTE PACIFISTE, PALPITANTE ET POIGNANTE HISTOIRE D'AMITIÉ… UN BIJOU À REDÉCOUVRIR, PAR L'AUTEUR DE RATATOUILLE.

C'est un immense tas de ferraille et de boulons. Un héros qui tient plutôt du pylône électrique ou de la grue de chantier que des bestioles pelucheuses que nous sert si souvent le cinéma d'animation. Et pourtant, on a rarement vu plus attachant que Le Géant de fer, passé injustement presque inaperçu à sa sortie, en 1999. Cette fable de science-fiction mérite donc une deuxième chance en salles. D'abord parce que c'est le tout premier long métrage d'un certain Brad Bird, futur réalisateur des Indestructibles ou de Ratatouille chez Pixar. Ensuite, et surtout, cette aventure située dans l'Amérique paranoïaque des années 1950 et de la guerre froide est un vrai bijou. Tombé par hasard sur Terre, venu d'on ne sait où, le mystérieux alien a tout d'une machine de guerre redoutable. Mais il se révèle aussi tendre et inoffensif qu'une pâquerette, du moins avec la première personne qu'il rencontre, un petit garçon solitaire. Avec le reste de l'humanité - l'armée, les autorités, tout un monde d'adultes hostile et borné -, c'est une autre affaire... Conte pacifiste, palpitante et poignante histoire d'amitié, le film est aussi une mine de références au cinéma de genre des fifties, du Jour où la terre s'arrêta à Planète interdite. Adapté d'un classique pour enfants de l'écrivain Ted Hughes, il s'ancre dans une Amérique populaire : des trognes pittoresques, un décor automnal et rural, roux et mordoré. Cet écrin d'animation traditionnelle offre un beau contraste avec la figure du robot conçue par ordinateur. Une manière subtile et poétique de nous rappeler que le « géant de fer » n'est pas vraiment de ce monde. TELERAMA

Et encore !

Aucun lien associé