Archives film

LE GRAND MÉCHANT RENARD Mai Juin Juillet

Réalisé par Benjamin Renner, Patrick Imbert
Avec Céline Ronte, Boris Rehlinger, Guillaume Bouchède, Guillaume Darnault
Produit en 2017
France
Film d'animation
1h20
Conseillé à partirde 5 ans
Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël.
Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin…


Le film se compose de trois récits de 26 minutes dans lesquels on retrouve les mêmes personnages :  

Un bébé à livrer
La Cigogne feint un accident de vol pour se débarrasser du bébé qu'elle doit livrer et confie la tâche au Lapin et au Canard de la ferme où elle a atterri.

Le Grand Méchant Renard
Le Renard qui peine à impressionner les animaux de la ferme se résout, sur les conseils du Loup, à voler des oeufs pour enfin pouvoir manger des poussins. Sauf que, lorsque les oeufs éclosent, les poussins prennent le renard pour leur mère et finissent par se prendre pour des renards.

Un Noël parfait
C'est Noël à la ferme. Suite à un malentendu, le Lapin et le Canard pensent qu'ils doivent remplacer le Père Noël pour sauver Noël.

Images

i
i
i

Vidéos

À propos

L'AVIS BENSHI.FR

Le Grand Méchant Renard, et autres contes... est composé de trois histoires - Un bébé à livrer, Le Grand Méchant Renard et Le Noël parfait - dans lesquelles on retrouve les mêmes personnages d’un récit à l’autre. On y découvre une galerie réjouissante d’animaux dont on reconnaît les traits qu’on leur prête traditionnellement, en même temps que l’on rit de la façon dont cet imaginaire est détourné avec beaucoup de malice : une cigogne qui se débrouille pour ne pas livrer le bébé dont elle a la charge, une poule qui se rebiffe contre le renard, un loup on ne peut plus ombrageux, un lapin et un canard déjantés… Du même trait vif que dans la bande dessinée éponyme dont le film est adapté, les animaux sont croqués d’une façon qui rappelle le cartoon, tandis que les décors sont traités avec soin et force détails humoristiques. Ces décors se partagent entre la ferme et la forêt dans une confrontation bien connue entre espaces domestique et sauvage… sauf qu’ici, le renard du titre, qui peine justement à être un grand méchant, finira par se réfugier dans la ferme, et les poussins par se prendre pour des renards… Ces confusions d’identité nous emmènent du côté de la comédie américaine et on évolue ainsi sur un rythme enlevé dans un univers qui tient autant de Billy Wilder que de La Fontaine et Tex Avery. Les réalisateurs n’ont d’ailleurs pas oublié de petits clins d’œil à des personnages bien connus des enfants : les trois poussins ont un petit air de Riri, Fifi et Loulou, on aperçoit subrepticement un petit Totoro, les apparitions du loup sont accompagnés par l’air de Pierre et le Loup, le conte musical de Prokofiev… Au rythme des saisons, de la naissance des poussins au printemps à la fête de Noël sous la neige, on passe ainsi d’une histoire à l’autre avec une délectation qui sera partagée par toute la famille, tant les gags s’adressent aux petits et aux grands.

Et encore !